Accueil > Travaux et Publications > I. Thèses et Mémoires > Thèse de Doctorat : “Efficacité de l’Aide et Développement : Le cas de l’Asie de (...)

[1].

Thèse de Doctorat : “Efficacité de l’Aide et Développement : Le cas de l’Asie de L’Est”

mercredi 11 octobre 2006, par Severine Blaise

Université de la Méditerranée, CEFI-CNRS, Aix-en-Provence, 2004.


RÉSUMÉ
L’aide au développement est aujourd’hui remise en question. Si quelques pays ont réussi à se sortir du sous-développement, l’échec de nombreux programmes d’assistance et des stratégies de développement mises en oeuvre au Sud, paraît évident. L’inadéquation des modèles théoriques sous-jacents avec la réalité économique des pays en développement et l’absence de prise en compte des conséquences sociales des programmes de réformes, expliquent
en grande partie cette désillusion.
L’efficacité de l’aide est rapidement sujette à débat, une controverse alimentée par la difficulté d’établir une relation directe entre l’aide et la croissance, au niveau théorique ou empirique. Toutefois, la croissance est un processus complexe et lent de transformation des structures
productives et au-delà du mode de vie. Nous montrons qu’au niveau macroéconomique, il conviendrait plutôt de s’attacher aux effets indirects de l’aide sur le reste de l’économie pour évaluer son efficacité.
Contrairement à de nombreux pays dans l’impasse, l’Asie de l’Est a connu un développement économique exceptionnel depuis 40 ans. Les flux d’aide publique au développement et plus généralement les flux de capitaux étrangers ont pu jouer un rôle considérable dans le
décollage économique de ces pays, révélant une forte capacité d’absorption. Dans ce contexte, le Japon s’est clairement positionné comme le principal bailleur de fonds et fournisseur de technologies avancées.
Nos travaux mettent en lumière l’originalité de l’aide japonaise dont le déploiement par vagues successives dans la région suit une logique de régionalisation dans laquelle les flux publics et privés sont étroitement liés et constitue une pratique singulière de rationalisation économique des programmes d’assistance. Les résultats contribuent à l’élaboration d’un modèle pertinent d’attribution de l’aide et, plus globalement, à la mise en lumière des mécanismes sous-jacents à une dynamique du développement.
Mots-clés : Efficacité, Aide au développement, Régionalisation, Investissements directs étrangers, Asie de l’Est, Japon

Résumé détaillé